C’est le temps des cerises, profitons-en !!

Certes, la cerise est le plus sucré des fruits rouges avec 18% de glucides… donc le plus énergétique (68 kcal pour 100g). Aussi, les personnes diabétiques et en surpoids devront croquer ces jolis petits fruits rouges avec modération.
Les glucides sont essentiellement constitués de glucose et de fructose, à part à peu près égale, mais aussi de sorbitol, ce qui donne à la cerise des propriétés laxatives lorsqu’on en mange beaucoup. C’est néanmoins un petit trésor de bienfait

La belle couleur rouge de la cerise est due en partie, à des pigments nommés anthocyanes, qui sont des antioxydants puissants, en particulier chez les cerises « aigres ». Des études ont montré qu’ils diminueraient la prolifération des cellules cancéreuses cerises du colon et du sein, en plus des effets préventifs. Ils inhibent en partie l’oxydation du cholestérol LDL, réduisant ainsi les risques de maladies cardiovasculaires. Ils ont également la particularité de s’opposer à l’accumulation d’acide urique dans les articulations, idéal donc contre les crises de goutte.

Elle est riche en eau 81 %, ce qui en fait d’elle, un fruit très rafraîchissant.
Les protéines ne représentent qu’environ 1 % de la composition du fruit et la teneur en lipides est pratiquement inexistante.
La cerise contient également de nombreuses vitamines dont les plus importantes sont la vitamine C dont le taux peut varier de 4 à 21 mg pour 100g et la provitamine A (ou carotène) 0.4 mg pour 100g. Les vitamines du groupe B, sont également présentes à un taux plus modéré.

Elle est riche en potassium (250 mg/100 gr), ce qui lui donne un effet diurétique. Elle renferme aussi des quantités non négligeables de calcium (17 mg/100 g), de fer (0,4 mg) et de cuivre (0,1 mg). Son taux de magnésium est modéré, de même que sa teneur en soufre et en chlore. Elle apporte également un très grand nombre d’oligo-éléments (zinc, manganèse, nickel, fluor, iode, cobalt, sélénium).
Avant de succomber à la tentation, il faut qu’en même savoir que la cerise est l’un des aliments susceptibles de provoquer le syndrome d’allergie orale. La consommation de ce fruit peut en effet déclencher, chez des gens allergiques au pollen de bouleau ou de graminées, des symptômes légers tels des démangeaisons et des éternuements, mais aussi de l’asthme, une urticaire généralisée et un choc anaphylactique. Comme les protéines allergènes en cause sont habituellement détruites à la cuisson, les personnes hypersensibles peuvent consommer les cerises lorsqu’elles sont cuites.

La saison est courte, il faut en profiter. La cerise se déguste en tarte, en clafoutis, en soufflé, en compotes, en confiture …. et encore mieux, fraîchement cueillies et bien mûres.

Pin It on Pinterest

Share This